Le parcours chaotique de la Capitale européenne de la Culture Esch 2022 la mène-t-il droit dans le mur? Pour y répondre, il faut aussi observer son mode de gouvernance. Comme tout le monde est dans le même bateau, nul n’a intérêt à ce qu’il coule au fond de l’Alzette. Analyse.

En moins de trois ans, il est devenu le plus fervent apôtre de la Culture à Esch. L’avocat Pim Knaff, élu en octobre 2017 sous la bannière du DP au Conseil échevinal de sa ville, a récupéré le portefeuille de la Culture historiquement réservé au LSAP. Depuis, il est aussi devenu député, en remplacement d’Eugène Berger, et a réussi à faire bondir le budget culturel de sa ville. Du jamais vu. Celui-ci est passé de 13 millions d’euros en 2015 à 24,2 millions d’euros en 2020, soit 14% du budget communal. Voilà l’ex-champion national des dépenses culturelles, Dudelange (10%), détrôné.

À cela s’ajoutent cette année les 26 millions d’euros de budget extraordinaire pour financer des acquisitions ou investissements: l’Espace Lavandier pour en faire une galerie d’art contemporain, le Bridderhaus reconverti en résidences d’artistes, la rénovation du cinéma Ariston pour des spectacles jeune public, mais aussi celle du Bâtiment IV d’Arcelor Mittal pour offrir un espace à des associations et artistes. Et ce n’est pas fini. Toujours aussi souriant, l’échevin a annoncé lors de la conférence de presse du Théâtre d’Esch, à laquelle il est passé en coup de vent, l’acquisition de l’immeuble de Luxcontrol pour agrandir le Conservatoire de musique.

Tandis que la Capitale européenne de la Culture Esch 2022 semble piétiner, la stratégie de développement culturel de la ville pour la période 2017-2027, intitulée «Connexion», et votée à l’unanimité en 2017 par le précédent Conseil communal d’Esch, tourne à plein régime. Une asbl, dénommée FrEsch, vient d’être créée pour faciliter sa mise en œuvre en synergie avec Esch 2022. «FrEsch parce qu’à Esch, on dit ce qu’on pense», expliquait Pim Knaff lors d’une vidéo-conférence de presse, début juin. Or il l’affirme face à ceux qui suspectent un désamour entre la ville et l’asbl Esch 2022: «Nous travaillons en pleine collaboration avec Esch 2022». Et pour cause …