Quelque 600 dossiers ont été examinés par un Comité de lecture après l’appel à projets pour la Capitale européenne de la Culture Esch 2022. La composition du comité et son mode de fonctionnement soulèvent des questions.

«Cela a représenté un énorme travail. J’ai passé des week-end et des soirées à lire. 600 dossiers, entre 30 minutes et deux heures par dossier, ce n’est pas rien. Et tout cela à titre bénévole!» La directrice de l’Asti, Laura Zuccoli, a fait partie du Comité de lecture créé pour donner son avis sur les dossiers ayant répondu à l’appel à projets pour la future Capitale européenne de la Culture. Une expérience qu’elle ne regrette pas. «J’ai accepté cette mission car je voulais que la multiculturalité et le transfrontalier soient présents. L’idée d’une manifestation comme celle-là, c’est favoriser le vivre ensemble», témoigne-t-elle.

La directrice générale de Esch 2022, Nancy Braun, revendique l’idée de la création de ce Comité de lecture. «À l’époque de Luxembourg 2007, il n’y en avait pas. Qui a décidé sur les projets à mettre en oeuvre? Le directeur général du ministère de la Culture Guy Dockendorf, le directeur général de l’asbl Robert Garcia, moi-même en tant qu’adjointe, et Steph Meyers pour la programmation. C’est tout».

Cette fois, 11 personnes, nommées par le Conseil d’administration (CA), ont siégé à 11 reprises pour venir à bout des 600 dossiers. Rappelons que d’après les dernières informations communiquées, seuls 31 ont été à ce jour validés, 176 étaient à revoir et 342 ont été rejetés. Une lenteur de procédure qui prête à polémiques …