Le gouvernement a mis en place un nouvel instrument pour soutenir le secteur du livre. La création de l’agence «Reading Luxembourg» vise à augmenter le rayonnement de la production nationale et des écrivains hors des frontières. Un parcours du combattant s’annonce pour «Let’s make it happen».

Ce jour-là, une petite délégation gravit en rangs serrés les escaliers de la majestueuse Bibliothèque Nationale du Luxembourg, inaugurée le 30 septembre 2019 au Kirchberg. La foulée dynamique de la directrice, Monique Kieffer, est suivie sans peine par un groupe tout sourire, dont une partie connaît bien la maison. Sont présents plusieurs écrivains mais aussi la responsable de la mission culturelle à l’ambassade du Luxembourg à Paris, Valérie Quilez. Celle-ci accompagne des représentants du Marché français de la Poésie, où le Luxembourg sera en 2021 l’invité d’honneur. Les rayonnages des Luxemburgensia sont au troisième étage. L’un des meilleurs points de vue sur l’intérieur du bâtiment. Avec la nouvelle Bibliothèque Nationale, la scène du livre dispose enfin d’une vitrine de prestige à la hauteur de ses ambitions pour rayonner sur la scène internationale.

Passer de la BNL aux rayonnages des bibliothèques ou librairies à l’étranger ne va toutefois pas de soi. Comme le souligne l’écrivain Jean Portante, prix Batty Weber en 2011 pour l’ensemble de son œuvre: «On ne se jette pas sur la littérature luxembourgeoise à l’étranger. Il y en a tellement!»

Un Petit Poucet de l’édition européenne

De fait, le dernier rapport de la Fédération des éditeurs européens indique que 585.000 nouvelles publications – tous genres confondus – ont été publiées en 2018. Le catalogue disponible en Europe compte 11 millions de titres, avec comme principaux marchés la Grande-Bretagne, l’Allemagne, l’Italie, la France et l’Espagne. Les éditeurs européens réalisent en moyenne 78% de leur chiffre d’affaires sur leur marché domestique (un total de 22 milliards d’euros, dont la moitié environ provient du secteur de l’éducation ou des publications académiques). L’export leur rapporte 22% des revenus.

Le site Lord.lu recense pour sa part 129 nouvelles publications d’éditeurs luxembourgeois en 2018 (0,02% du volume affiché par la Fédération européenne) et actuellement un total de 1386 œuvres en catalogue (0,01%). Le Statec ne dispose pas de données sur le chiffre d’affaires annuel d’un secteur qui n’est pas membre de la Confédération du commerce. Toujours est-il qu’en terme de rapport de forces, c’est le Petit Poucet face à l’ogre des contes de Perrault. Pas évident de sortir son épingle du jeu.

Jean Portante est l’un des auteurs qui s’exporte le mieux sur la scène internationale …