Françoise Mathay

Françoise Mathay, Jahrgang 1982, arbeitet als Verlegerin in Paris. Seit ihrem Studium in französischer Literatur und Buchhandel hat sie bei unterschiedlichen Verlagshäusern gearbeitet, darunter Hachette Livre und Larousse. Seit vier Jahren ist sie ebenso Dozentin für Verlagswirtschaft an der Universität Sorbonne. Seit 2017 schreibt sie als Paris-Korrespondentin für das Luxemburger Wort. Für REPORTER schreibt sie über Gesellschaftsthemen.

Témoignage de parents

«Nous avons retiré notre fils de la crèche»

Dans une société où il est devenu normal d’inscrire son enfant dans une crèche avant même qu’il ne soit né, tout va bien si l’enfant s’y plaît. Mais que faire s’il ne s’adapte pas? Témoignage de parents qui se sont réorganisés pour s’occuper eux-mêmes de leur fils.

Habitudes alimentaires alternatives

Manger sain, une obsession?

Que ce soit pour protéger leur santé, pour soutenir la cause animale voire pour des raisons écologiques, de plus en plus de personnes s’imposent des règles alimentaires strictes. Le besoin de consommer uniquement des aliments jugés «sains» peut représenter un trouble alimentaire.

Usage excessif chez les jeunes

«Mes enfants sont totalement accros aux écrans»

Votre ado oublie-t-il de manger quand il joue aux jeux vidéo? Votre fille gère-t-elle son compte Facebook mieux que vous? Reporter s’interroge sur le bon usage des écrans chez les jeunes à travers le témoignage d’une famille-type.

Quand le travail devient une drogue

Moi, Sarah F., 33 ans, workaholic

Dans une société où la productivité et le travail jouent un rôle primordial, le nombre de workaholics augmente. Pour les concernés, il y a de quoi s’alerter. Car la passion pour le travail peut se transformer en risque grave pour la santé, comme en témoigne l’expérience de Sarah F.

Prématurité au Luxembourg

La solitude des parents de bébés prématurés

À l’échelle mondiale, plus d’un bébé sur dix naît avant terme et la prématurité reste la première cause de mortalité chez les enfants de moins de 5 ans. Selon l’OMS ces taux ne cessent d’augmenter. Qu’en est-il au Luxembourg et comment sont pris en charge ces enfants ?

Congélo, boulot, in vitro

Un enfant, oui, mais plus tard !

Si l’homme est fertile jusqu’à un âge avancé, la femme n’a pas cette chance. Et si les femmes pouvaient geler leur horloge biologique ? Le social freezing, ou cryoconservation des ovocytes pour convenance personnelle, le permet et se répand dans nos pays voisins. Une enquête à -196° C.