La prise en charge des enfants atteints de cancer s’est améliorée au Luxembourg ces dernières années, mais de nombreuses insuffisances subsistent au Service National d’Onco-hématologie Pédiatrique (SNOHP) de la Kannerklinik. Cela explique pourquoi beaucoup d’enfants doivent encore être traités à l’étranger.

«Environ 80% des patients qui arrivent chez nous ne peuvent pas être pris en charge de manière complète. L’objectif pour les prochaines années est d’inverser la tendance. Il faut juste nous en donner les moyens!». Le constat est clair pour la pédiatre Isabelle Kieffer en poste au Service National d’Onco-Hématologie Pédiatrique (SNOHP) de la Kannerklinik.

Si l’on soigne les enfants atteints d’un cancer depuis plus de 20 ans au Luxembourg, la création d’un véritable service leur étant dédié n’est que très récente. En effet, le SNOHP a été mis en route fin 2016, dans le cadre du Premier Plan National Cancer. «Depuis, une dynamique s’est enclenchée et les choses vont dans le bon sens, mais il reste encore beaucoup à faire. L’idéal serait de permettre aux enfants, soit de suivre leur traitement en totalité au Luxembourg, en fonction de leurs pathologies, soit de les faire revenir plus tôt au Luxembourg s’ils sont dans des protocoles de recherche en centre de référence à l’étranger», ajoute la spécialiste.

Chaque année, on recense au Grand-Duché entre 15 et 20 nouveaux cas de cancers pédiatriques, la grande majorité étant des leucémies, des tumeurs cérébrales ou des lymphomes (cancers du système lymphatique). En décembre 2019, le SNOHP comptait 268 patients, dont 115 atteints d’un cancer, 146 d’hématologie bénigne et 7 de maladies rares.

Les tumeurs de l’enfant se développent très vite et les complications qui vont avec aussi. Ca veut donc dire que nous devons être tout le temps disponibles.“Dr Isabelle Kieffer, pédiatre au SNOHP de la Kannerklinik

Si les compétences sont bien là, c’est avant tout le manque d’infrastructures qui freine la prise en charge des jeunes malades. Le SNOHP partage 30 lits médico-chirurgicaux avec les autres surspécialités de la clinique pédiatrique…