Existe-t-il une manière efficace pour réformer le système politique de l’UE? Les têtes de liste europénnes représentent-elles un progrès pour la démocratie parlementaire? Une analyse sur la faisabilité d’une démocratie européenne.

Le taux de participation de 51% enregistré aux récentes élections européennes et salué par bon nombre de politiciens et commentateurs comme une grande victoire de la démocratie en dit long sur l’état actuel du progrès démocratique de l’UE.

Le fait que seule la moitié des votants participent à un vote européen n’est pourtant qu’un des symptômes du „déficit démocratique“ de l’UE. Ce qui est bien plus marquant, c’est le déficit structurel suivant: il n’y a tout simplement pas de peuple européen à proprement parler, c’est à dire de „demos“ uniforme, qui pourrait être gouverné par Bruxelles. S’y ajoutent des déficits institutionnels qui rendent une démocratisation du système politique de l’UE plus difficile.

Le projet européen et le peuple qui fait défaut

„La démocratie est un ensemble d’institutions qui visent à légitimer l’exercice du pouvoir politique“, constatait le sociologue et publiciste libéral Ralf Dahrendorf dans son livre „Les crises de la démocratie“. Partant de cette définition minimaliste, on comprend aisément pourquoi l’UE a depuis toujours un problème démocratique objectif. Dès le début, la construction européenne fut entreprise pour d’autres raisons que la légitimation d’un pouvoir politique croissant.

La fédération européenne se concentre plutôt sur le maintien de la paix, la solidarité et la coopération économique et politique entre Etats souverains. La démocratie et, par là, la légitimation graduelle de l’UE par les peuples européens n’entrèrent en jeu que plus tard.

L’on ne peut tout simplement pas inventer de peuple européen. Sans le peuple, tout effort pour réaliser une véritable démocratie est voué à l’échec.“

La science politique ne conteste pas le déficit démocratique de l’UE. Et pour cause: l’UE ne peut être considérée comme un Etat, cette unité politique dans laquelle la démocratie se présente habituellement. D’autre part, l’UE n’est pas non plus une organisation internationale traditionnelle. Elle est plutôt un organisme hybride semblable à un Etat, un système politique sui generis, qui pour cette raison devrait être appréciée selon des critères démocratiques différents, nous disent la plupart des politologues.

Et pourtant, des politiciens et des observateurs continuent d’appliquer à l’UE les mêmes critères qu’à un Etat national constitué. La science est une chose, la perception par le grand public et l’image des institutions européennes en est une autre. Le qualificatif de „démocratique“ n’est certainement pas la première idée qui vient à l’esprit, quand on pense au fonctionnement de l’UE.  Il y a pour cela plusieurs raisons …