Evincé d’un groupe immobilier sur des soupçons de conflit d’intérêts, Didier Mouget demande l’arbitrage des juges pour sa réintégration dans l’entreprise. Cette affaire qui semble a priori banale donne lieu à un déballage public sur les méthodes de management de l’ex-patron de PwC.

Retraité depuis 2015 de la direction de la firme PwC, administrateur indépendant, Didier Mouget s’est converti dans les affaires immobilières aux côtés de son épouse et d’anciens partenaires de la firme d’audit. A l’été 2018, sa route a croisé celle d’un entrepreneur français trentenaire, Brice Ménégaux, fondateur en 2014 d’un fonds d’investissement spécialisé dans la gestion d’actifs immobiliers Trium et accessoirement neveu du PDG de Michelin. Leur association en affaires a été de courte durée. Les deux hommes sont aujourd’hui brouillés, leurs positions irréconciliables.

Brice Ménégaux soutient dans la procédure que Mouget et son épouse «se sont personnellement enrichis à hauteur de 8,5 millions d’euros du fait de leurs investissements dans le groupe Trium». L’ancien chef de PwC considère que sans lui, les affaires du jeune homme n’auraient pas rencontré de succès.

Accusations réciproques de déloyauté

Actif à Luxembourg depuis 2014, Ménégaux se présente pourtant comme un as de la gestion d’actifs immobiliers. Son groupe Trium gère ainsi quelque 90 millions d’euros en portefeuille. Il a été parmi les premiers à lancer un fonds alternatif (RAIF) investi dans l’immobilier luxembourgeois. Les investisseurs français en sont très friands. Didier Mouget a également flairé la bonne affaire.

Limogé brutalement de sa position de co-gérant du holding du groupe en septembre 2020, Mouget conteste la légalité de sa révocation. Les deux hommes s’accusent réciproquement aujourd’hui de pratiques déloyales, de conflit d’intérêts, voire de fraudes et d’abus de biens sociaux. Ils s’affrontent devant différentes juridictions au Luxembourg. Didier Mouget a tiré le premier. Il a lancé en décembre une procédure en référé pour réclamer sa réhabilitation dans Trium, où à tout le moins la nomination d’un administrateur provisoire.