Avec ses 7.700 habitants de 111 nationalités, le quartier de Gasperich à Luxembourg est au carrefour du monde globalisé dans lequel nous vivons, tout en ayant l’échelle et l’organisation d’un village. Comme le reste de la planète, il vit désormais à l’heure du coronavirus. Chaque semaine, nous vous proposons de découvrir comment il y fait face.

Rien n’a changé pour elle. Elle veut s’en persuader. Madame Flor est toujours assise sur la chaise de la courette devant sa maison, rue de Gasperich à Luxembourg. Emmitouflée dans une robe de chambre molletonnée rose fuchsia, ses longs cheveux blancs au vent, elle arbore ce sourire qui m’a toujours émue lorsque je passais devant chez elle pour me rendre à pied à mon travail.

Son nom, peint sur des carreaux de faïence colorée au-dessus de sa porte, s’harmonise avec cette mini oasis de verdure dans une rue où s’alignent, à flanc de trottoir, des petites maisons individuelles et quelques immeubles. Dès les beaux jours, madame Flor était là, entourée de ses copains et copines du quartier qui venaient lui rendre visite. Je trouvais ça sympa.  On s’échangeait un «Moien ! » et je passais mon chemin, sans la déranger.

Cette semaine, ses amis n’étaient pas au rendez-vous. J’ai saisi l’occasion pour échanger quelques mots avec elle …