Dans la lutte contre le Covid-19, la priorité a-t-elle été donnée aux structures hospitalières alors que la cible la plus fragile se trouvait dans les maisons de soins? Le directeur de la Santé, le Dr Jean-Claude Schmit, s’en défend. Il apporte un éclairage sur les mesures mises en place, mais aussi les limites de ce qu’il peut faire. Interview.

Interview : Marie-Laure Rolland

Docteur Schmit, les familles qui ont des parents dans les maisons de retraite et de soins s’inquiètent. Les informations officielles sur leur exposition au Covid-19 ne sont pas disponibles sur le site du ministère de la Santé. N’y a-t-il pas un droit à l’information pour éclairer des personnes qui pourraient peut-être encore reprendre un parent chez-eux?

Dr Jean-Claude Schmit: Les directeurs des établissements sont en contact avec les familles et donnent des réponses si on leur pose la question.

D’après nos informations, il y a actuellement une centaine de personnes testées positives et plus de dix personnes décédées du coronavirus. Malgré la fermeture des établissements, les proches sont-ils autorisés à voir leur parent avant sa mort?

C’est laissé à la discrétion du directeur de chaque institution. Donc oui, c’est possible.

Fait-on beaucoup de transferts à l’hôpital pour tenter de sauver les personnes contaminées?

La plupart des personnes âgées contaminées par le Covid-19 décèdent dans les maisons de soin. Vu leur âge et leur comorbidité, un transfert à l’hôpital ne serait de toutes façons pas envisagé en dehors de l’épidémie au coronavirus. En revanche, si un patient doit être hospitalisé, il peut l’être …