Dépistage au ralenti, traitements en suspens et opérations non-vitales repoussées: la prise en charge des personnes atteintes d’un cancer interpelle. Or, il s’agit de protéger ces personnes vulnérables du risque d’infection et de désaturer les services hospitaliers pendant la pandémie.

Pas évident de se faire soigner à l’heure où de nombreux services hospitaliers ont été réquisitionnés pour accueillir des patients COVID-19, où les cabinets médicaux restent fermés et où les consultations ont été repoussées. Tandis qu’une pandémie mondiale sévit, certains se battent quotidiennement contre le cancer. Un double combat à mener de front, avec un traitement à suivre, des rendez-vous médicaux à honorer et en toile de fond, cette crainte ultime d’être contaminé par le COVID-19. Chez les personnes concernées, l’angoisse est bien réelle.

«La pandémie est une situation extrêmement stressante pour nos malades», indique Lucienne Thommes, directrice de Fondation Cancer. «On constate ainsi depuis quelques semaines une hausse frappante du nombre d’appels auprès de nos psychologues. Ces derniers proviennent de patients en cours de traitements, de ceux que l’on suit depuis longtemps, mais aussi de personnes en rémission depuis des années qui reviennent vers nous parce qu’elles s’inquiètent». Une inquiétude plus que jamais compréhensible dans un contexte général pour le moins anxiogène. «Le cancer est une situation angoissante à elle seule, et là, avec la pandémie, les patients ont peur d’être des dommages collatéraux, dans la mesure où en situation de crise, les priorités changent», poursuit-elle.

Des situations à prendre au cas par cas

L’état de crise ayant été déclaré, tous les examens, traitements et interventions non-urgents ont été reportés à une date ultérieure. Cela pour préserver les malades, mais aussi pour pouvoir garantir une bonne prise en charge postopératoire, dans des services comme la réanimation, parfois occupés par des malades atteints du coronavirus. Au service oncologie du CHL cependant, le ton se veut rassurant…