Flavio Becca a été condamné en première instance à deux ans de prison pour abus de biens sociaux et blanchiment pour avoir fait financer une collection de montres par ses sociétés immobilières. Une grande partie des montres a été confisquée. Le promoteur immobilier a 40 jours pour faire appel.

Le jugement dans l’affaire des montres de Flavio Becca est tombé jeudi matin en l’absence du prévenu et de son avocat star parisien Hervé Temime. Le président de la 12e chambre correctionnelle a lu le dispositif sans laisser entrevoir la moindre émotion. Flavio Becca est condamné à deux ans de prison et une amende correctionnelle de 250.000 euros.

En janvier, le Parquet avait réclamé 42 mois de prison et 250.000 euros d’amende pour abus de biens sociaux et blanchiment. Ces infractions ont été retenues dans le verdict du 4 mars. Les juges ont accordé un sursis intégral à la peine d’emprisonnement, sauf en cas de récidive de Becca au cours des cinq prochaines années.

Restitution des montres à Promobe

La plus grande partie de la collection de montres luxueuses a été confisquée, sauf les objets qui appartiennent à la société Promobe Finance. Il s’agit des montres ayant le plus de valeur.

L’enquête avait fait apparaitre des achats via virements bancaires portant sur plus de 850 montres pour un montant de 18 millions d’euros. L’essentiel des achats avait été fait sur les comptes courants associés de T-Comalux (2,48 millions d’euros), Promobe Finance (6,97 millions) et Promobe (2,88 millions).

Lors de la perquisition au domicile du promoteur le 20 septembre 2011, les policiers avaient saisi dans la chambre forte 643 montres …