Le Green Deal européen prévoit que les îles au sein de l’UE deviennent un fer de lance de la transition vers une énergie propre. L’idée est de tester à petite échelle, ce qui pourrait ensuite être transposable ailleurs. L’exemple de l’île de Krk montre ce qui est faisable. 

L’île de Krk, située dans la partie nord de l’Adriatique, est la plus grande île croate. Bordée par une mer cristalline, recouverte d’une végétation luxuriante et prisée pour ses villes pittoresques et son héritage historique, Krk est parmi les destinations les plus visitées du pays et attire plusieurs milliers de touristes chaque année. Mais l’île peuplée d’un peu plus de 19 000 habitants se veut aussi une figure de proue de la transition énergétique au sein de l’Union européenne. Déjà précurseur en Croatie en matière de gestion des déchets, Krk est désormais la première île croate à s’engager sur la voie de la neutralité carbone, avec l’objectif d’atteindre 100 % d’énergies renouvelables en 2030.

Krk se trouve aussi parmi les dix îles européennes les plus avancées dans la transition vers les énergies propres et fait partie de l’initiative européenne ‘Une énergie propre pour l’ensemble des îles européennes.’ Lancée en 2017 par le parlementaire européen croate Tonino Picula, l’initiative vise à accélérer la transition des îles vers les énergies renouvelables et à réduire les émissions de gaz à effet de serre tout en créant des emplois.

Une stratégie européenne

“Les solutions que l’on arrive à développer sur une île sont plus facilement reproduites ailleurs,” estime-t-elle. “Si [une technologie] fonctionne sur une île, elle peut fonctionner n’importe où. C’est un peu comme avec les gens: ceux qui survivent sur une île réussiront à survivre n’importe où,” plaisante Maja Jurišić, employée au Secrétariat insulaire, l’institution qui chapeaute l’ensemble des communautés insulaires participant à l’initiative.

Il y a cinq ans, Jurišić avait lancé le Mouvement des îles (Pokret otoka) en Croatie, un réseau collaboratif qui permet aux citoyens des îles croates de partager leurs expériences et d’échanger de bonnes pratiques entre eux. Elle s’est rendu compte que la plupart des îles du pays souffraient de problèmes identiques: une mauvaise connectivité, un système de santé sous-équipé et, souvent, un développement touristique démesuré ayant un impact dévastateur sur l’environnement et le littoral …