Un différend oppose RTL TVI avec le régulateur du secteur audiovisuel luxembourgeois ALIA au sujet de pratiques de parrainages d’émissions de TV. La chaîne ferait de la publicité déguisée pour échapper aux contraintes de la loi.

Le tableau est surprenant: la chaîne RTL TVI, destinée au marché belge francophone, a renoncé en 2006 à sa licence en Belgique en raison de ses relations crispées avec le CSA, l’autorité de régulation de l’audiovisuel dans ce pays. Du coup, elle était passée sous licence luxembourgeoise, espérant un traitement plus complaisant. RTL Belux, une filiale de RTL Group, est créé pour l’exploitation sous concessions luxembourgeoises de RTL-TVI, Club RTL et Plug RTL.

Le basculement d’une juridiction à l’autre se fait encore sous l’empire du Conseil national des programmes (CNP), présenté comme un «tigre de papier» pour surveiller ce qui se passait sur les ondes grand-ducales. En 2013, le CNP cède la place à l’Autorité luxembourgeoise indépendante de l’audiovisuel (ALIA), plus musclée que son ancêtre pour veiller au respect de la règlementation audiovisuelle et sanctionner les dérapages. Des dérapages de RTL TVI, l’ALIA en épingle plusieurs en 2017.

Plus de dix ans après le passage sous pavillon luxembourgeois, les relations entre l’opérateur audiovisuel et son régulateur national sont empreintes de crispation. En témoigne le recours de RTL Belux devant le tribunal administratif pour mettre en cause des décisions de l’Alia sanctionnant les pratiques commerciales de sa chaîne RTL TVI accusé d’avoir contrevenu à la règlementation luxembourgeoise.

Pour autant, il est difficile de parler de sanction dans cette affaire. Il s’agirait plutôt d’une réprimande …