Cargolux s’intéresse à la décarbonisation de l’énergie là où on ne l’attend pas. La compagnie de fret aérien planifie l’achat d’un navire de construction d’éoliennes offshore pour compenser les émissions de gaz carboniques. L’acquisition devrait se faire avec un partenaire du secteur maritime.

Cargolux, l’une des sociétés luxembourgeoises les plus dispendieuses en termes de consommation de CO2 avec ses avions gros porteurs qui sillonnent le monde, veut entrer dans le cercle vertueux de l’industrie décarbonée. Au prix d’une incursion dans le secteur maritime. Selon les informations de Reporter.lu, confirmées de sources officielles, la compagnie de fret aérien envisage en effet sérieusement d’investir dans l’acquisition d’un navire de construction d’éoliennes en mer.

Le projet peut surprendre à plusieurs niveaux. D’abord parce que des mondes séparent l’industrie du fret aérien de l’activité maritime. Cargolux a d’ailleurs expérimenté cette distance entre les deux secteurs à l’hiver 2013, lors du départ de son actionnaire qatari et la recherche d’un nouveau partenaire. Des discussions furent initiées par les autorités avec la société maritime CldN-Cobelfret en vue de son entrée dans le capital. Le rapprochement entre les deux entreprises ne se fit pas, faute d’intérêt stratégique et de pertinence économique d’une alliance.

Priorités économiques

Les Chinois de HNCA ont fini par racheter fin 2013 pour 231 millions de dollars la participation de 35% de Cargolux laissée vacante par Qatar Airlines. On pensait les priorités de la compagnie aérienne ailleurs qu’à sa conversion vertueuse dans un domaine d’activité nouveau. Le renouvellement d’une partie de la flotte vieillissante est à l’agenda des dirigeants et du conseil d’administration depuis des mois.

D’ici 2025, Cargolux devra faire des choix sur le modèle de gros porteurs qui remplaceront cinq à six de ses jumbo jets de type 747 qui ne pourront plus voler. Compte tenu des montants en jeu et même si la compagnie dispose d’une trésorerie florissante, ces investissements se préparent longtemps à l’avance.

Il n’a pas été question de l’acquisition d’un tel navire, même s’il y a des gens qui en rêvent.»Paul Helminger, président de Cargolux

Mercredi 16 décembre, le conseil d’administration a d’ailleurs validé le budget 2021 et entamé les réflexions sur les options que les constructeurs aéronautiques offrent à l’industrie du fret aérien …