Après des années de croissance organique, le ministère de la Culture veut flexibiliser le paysage culturel. De la BNL aux musées nationaux, le projet de loi vise à professionnaliser les institutions – sans pour autant leur donner des moyens financiers supplémentaires. 

18 ans après la dernière grande réforme des instituts culturels en 2004, la ministre de la Culture Sam Tanson (Déi Gréng) remet à jour le texte légal qui cadre les huit instituts culturels du pays. Le texte, publié discrètement la semaine dernière sur le site de la Chambre des Députés, est plus une mise à jour des structures existantes qu’une réforme politique.

Les huit instituts sous la coupe du ministère de la Culture sont: la Bibliothèque nationale (BNL), le Centre national de littérature (CNL), le Centre national de l’audiovisuel (CNA), les Archives nationales, l’Institut national de recherches archéologiques (INRA), l’Institut national pour le patrimoine architectural (INPA), le Musée national d’histoire et d’art (MNHA) et le Musée national d’histoire naturelle (MNHN). Ensemble, ils représentent presque 40 pour cent du budget du ministère de la Culture – avec environ 69 millions d’euros par an. Avec 17,8 millions d’euros, c’est la BNL qui pèse le plus, le CNL avec ses 2,8 millions arrive en dernier.

Modifications plus ou moins visibles

Le changement le plus visible concernera le MNHA, qui au futur portera une nouvelle lettre dans son acronyme, puisqu’il deviendra le Musée national d’archéologie, d’histoire et d’art – donc MNAHA. Le futur MNAHA verra aussi sa compétence s’agrandir de façon notoire. Outre le musée original du Marché aux Poissons, il s’étendra dès lors officiellement au «Musée Dräi Eechelen» et la «Réimervilla», la villa romaine d’Echternach. S’y ajoutent deux centres de documentation: celui sur la forteresse de Luxembourg et le centre de documentation sur les arts plastiques dénommé «Lëtzebuerger Konschtarchiv».

Si le premier semble une évidence, le deuxième est plus intéressant. Intégré au «Projet Neischmelz» à Dudelange, il sera partie intégrante du nouveau «Centre de national des collections publiques» (CNCP). Le projet du CNCP a été présenté au public lors d’une soirée d’information fin mars, même si le règlement grand-ducal créant le «Konschtarchiv» date de décembre 2021. Pour le CNCP, une loi de financement doit pourtant encore passer le cap de la Chambre des Députés.

Le projet de loi apportera un plus de flexibilité tout en permettant aux instituts de travailler de façon plus limpide.“Ministère de la Culture

Un détail saute à l’œil: en plus de sa mission de conserver et de collectionner des œuvres d’art issues des autres instituts culturels – en plus du Mudam – le CNCP sera aussi doté d’une salle d’exposition. C’est donc au Sud du pays que la «Nationalgalerie» rêvée par Xavier Bettel verra enfin le jour. Pourtant, le MNAHA se verra aussi amputé d’une de ses composantes …