La banque Fortuna a été sanctionnée par le fisc pour s’être montrée sourde à une demande de renseignement. Exsangue après deux échecs de reprise de son capital, la banque reconnaît sa mauvaise gouvernance. L’amende a été rabotée après un recours administratif.

Gérard Grbic venait à peine de quitter son poste de directeur pour rejoindre l’ABBL, que la banque Fortuna recevait un courrier de l’Administration des contributions directes (ACD) lui enjoignant de fournir des informations sur un de ses clients, poursuivi par le fisc français. La lettre est réceptionnée le 18 mai dernier. L’administration laisse un peu plus d’un mois, jusqu’au 24 juin, pour répondre à deux demandes de renseignement.

L’administration française s’intéresse au client de la petite banque coopérative pour ses transactions entre le 1er janvier 2018 et le 31 décembre 2020. Le fisc veut connaître le périmètre de la fortune placée au Luxembourg, savoir qui a ouvert le compte, son solde, les transferts d’argent qui ont été effectués ainsi que leur destination. Le client visé ayant un emprunt, les investigations portent aussi sur la forme du prêt et ses garanties …