Les services du SAMU et de Luxembourg Air Rescue pourraient bientôt coûter plus cher à l’Etat. Les responsables de ces services font valoir des revendications tarifaires à la hausse. La partie n’est pas gagnée, particulièrement pour le SAMU.

Les services des urgences médicales sont sous tension. Les médecins qui interviennent à bord d’un des quatre véhicules du SAMU ou par hélicoptère sont des anesthésistes-réanimateurs exerçant leur profession en libéral. Ils sont astreints à faire des gardes, sous peine de sanctions pénales, mais il ne veulent pas travailler pour rien.

Comme pour les gynécologues et les pédiatres qui se relaient 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 pour effectuer des gardes sur place ou des permanences dans les maternités, les anesthésistes de service sont rémunérés à l’acte, selon la nomenclature médicale. Ils touchent en sus des forfaits d’indemnisation pour les gardes, car ils sont confrontés pendant leurs gardes à des périodes creuses, sans patients. Les indemnités forfaitaires compensent ces temps morts …