Ex-star de la publicité et enfant terrible, Will Kreutz doit affronter la justice en appel, accusé d’abus de biens sociaux dans la gestion de l’agence Kreutz&Friends. Sa carrière chaotique a mis sur sa route quelques notables luxembourgeois mais aussi des personnalités infréquentables.

Dans la salle presque vide de la Cour supérieure de Justice, vendredi 8 mai, l’avocat de Will Kreutz, en l’absence du prévenu, plaide sur le registre de la compassion: «Mon client essaie de se sortir de l’eau», dit-il aux juges, saisis en appel après la condamnation, il y a un an, de l’ancienne gloire de la publicité, à 12 mois de prison avec sursis et 2.500 euros d’amende pour abus de biens sociaux et blanchiment. Une lourde peine pour un délit financier commis dans le cadre de la gestion de l’agence de communication Kreutz&Friends Communication and Design sàrl (K&F), déclarée en faillite en novembre 2015.

En face de lui, l’avocat de la partie civile qui représente Lex Benoy, ancien associé de K&F, refuse de s’apitoyer: «Nous ne sommes pas ici pour verser des larmes, mais parce que Will Kreutz a détourné 177.000 euros, trois ans avant la faillite de la société qui ne s’en est jamais remise», explique-t-il.

Mauvaise gestion

Sa plaidoirie est accablante. Lex Benoy, expert-compable, associé de la fiduciaire FBK, a investi plus de 180.000 euros début 2012 en prenant une participation de 40% dans K&F. Unique partie civile dans le procès, il considère que les montants détournés par Will Kreutz correspondent à sa mise de fonds. Il réclame 187.615 euros entre pertes d’investissement et préjudices matériel et moral …