Pierre Peters, cofondateur du parti d’extrême droite „National-Bewegong“ pourrait être admis au Barreau de Luxembourg. Depuis quatre ans, il tente de s’inscrire comme avocat. Ses multiples condamnations pénales pour incitation à la haine lui ont déjà valu deux refus.

La troisième tentative sera-t-elle la bonne? Mercredi 13 novembre, lors d’une séance au Tribunal d’arrondissement de Luxembourg, l’ancien dirigeant et fondateur du parti d’extrême-droite nationaliste, „National Bewegong“, dissout en 1995, a plaidé son cas devant le Conseil disciplinaire et administratif d’Appel (CDA). Il conteste le refus que lui oppose l’Ordre des avocats de Luxembourg de s’inscrire au Barreau en raison de son lourd passé pénal. Le dernier refus qu’il a essuyé remonte au 3 juillet dernier. Il a fait appel de cette décision.

Pierre Peters s’est défendu seul, son avocate Marguerite Biermann, presque 90 ans, ayant eu un coup de fatigue.

Pierre Peters n’aime pas les étrangers et encore moins les musulmans. Il les rend responsables de tous les maux qui frappent le Grand-Duché. Il a exprimé publiquement cette aversion dans des écrits. Il les accuse, entre autres turpitudes, de l’augmentation du coût de la vie et des taxes, de la dégradation du système scolaire et du gaspillage de ressources.

Incitation à la haine

Il a été rattrapé par la justice pour avoir répandu ses idées. Le 6 décembre 2016, la Cour d’Appel l’a condamné à 7.000 euros d’amende pour incitation à la haine. Il était jugé pour avoir distribué à l’automne 2015 un pamphlet aux relents racistes et islamophobes dans les boîtes-aux-lettres de trois communes luxembourgeoises.

«Les propos de Pierre Peters», avaient alors soutenu les juges dans leur arrêt, «sont assurément de nature à donner une image inquiétante de la communauté musulmane dans son ensemble, ainsi que de la population étrangère en général, et à susciter particulièrement parmi le public le moins averti, un sentiment de rejet, d’antagonisme et d’hostilité …