Le milliardaire Alexander Lebedev a été débouté par la Cour d’appel mercredi de sa demande en remboursement de 10 millions de dollars. Le procès met un terme à un litige vieux de 20 ans entre le Russe, ancien agent du renseignement, et un espion espagnol qui se faisait passer pour mort.  

L’oligarque Alexander Lebedev ne peut pas compter sur la justice luxembourgeoise pour récupérer 10 millions de dollars prêtés à un vieil espion espagnol, Francisco Paesa Sanchez. Mercredi, la Cour d’appel a débouté la société libérienne Mozart Holding Inc, appartenant au milliardaire russe, de sa partie civile.

Le procès était celui d’une avocate du Barreau de Luxembourg et nièce de Paesa pour faux et usage de faux. Elle avait émis un certificat à une banque du Bahreïn, attestant qu’un certain Francisco Sanchez était bénéficiaire effectif de fonds provenant de la liquidation d’un trust familial. Or, le nom du bénéficiaire effectif avait été escamoté. L’argent venait d’un prêt de 20 millions de dollars de Mozart Holding et devait servir au rachat d’une banque bahreïnie, opération dans laquelle Lebedev et Paesa étaient associés. L’Espagnol restituera seulement la moitié de cette somme au Russe après l’échec de l’opération. Lebedev a porté plainte au Luxembourg. L’enquête a débouché sur l’inculpation de la nièce. L’oncle a échappé aux enquêteurs luxembourgeois.

Absence de dommages

Le destin de Francisco Paesa est hors norme. Ancien chef des services secrets espagnols, sous la dictature du général Franco, il s’était reconverti dans les affaires. Son chemin avait croisé celui de Lebedev, qui avait débuté sa carrière au KGB sous l’ère soviétique. Pour échapper à des poursuites ouvertes en Espagne dans une autre affaire, Paesa s’était fait passer pour mort et vivait sous une fausse identité …