Une source journalistique est une personne qui parle d’expérience et qui a soit vécu une situation, soit s’y est confrontée professionnellement. Pour déterminer la fiabilité d’une source, il est important pour les journalistes de pouvoir prendre contact avec elle. C’est la seule façon pour eux de vérifier les informations et de poser des questions supplémentaires. Cela explique pourquoi nous demandons toujours aux informateurs de nous fournir leurs coordonnées.

Le journaliste doit connaître l’identité d’une source – mais celle-ci peut être traitée de manière strictement confidentielle. La protection des sources s’applique aux journalistes. Cela signifie qu’ils peuvent et doivent, si nécessaire, garder secrète l’identité de leurs informateurs. La protection des sources garantie par la loi peut être invoquée lorsque des personnes souhaitent rester anonymes afin de protéger leur vie privée. La protection des sources s’applique également aux informateurs qui craignent des conséquences négatives ou qui partagent des informations confidentielles ou juridiquement pertinentes.

Dans notre travail, nous faisons en outre la distinction entre les experts, les personnes concernées et les lanceurs d’alerte :

A) Experts

Les experts sont des spécialistes qui aident les journalistes à comprendre l’ampleur d’un problème, sa genèse ou ses relations complexes. Cela permet de replacer un sujet dans le contexte nécessaire et de tenir compte des différentes perspectives. C’est indispensable pour que le reportage soit le plus objectif possible.

Dans certains cas, ces experts font partie de l’article, prennent position publiquement et sont cités nommément s’ils le souhaitent. Dans le cas d’un entretien de fond, les experts ne sont pas cités nommément dans l’article – après accord avec le journaliste – ou ne sont pas cités du tout.

B) Personnes concernées

En revanche, les personnes concernées parlent à un journaliste de leur propre expérience, c’est-à-dire d’une situation qu’elles ont vécue. Grâce à leur expérience, ils peuvent inciter à une recherche plus approfondie. Lorsqu’il s’agit de sujets plus personnels, les personnes concernées peuvent rester anonymes. Les noms des personnes concernées sont alors modifiés dans les articles et les lecteurs en sont informés par une note de la rédaction. Ainsi, un récit d’expérience ou un reportage n’est pas directement associé à une personne identifiable.

C) Lanceurs d’alerte

Les lanceurs d’alerte sont des personnes qui dénoncent un dysfonctionnement d’une telle gravité qu’il peut entraîner des conséquences personnelles, voire pénales. Dans de tels cas, il s’agit souvent d’informations confidentielles dont la publication n’est pas dans l’intérêt d’une personne, d’une autorité ou d’une entreprise en particulier, mais dans l’intérêt public. Cela rend souvent difficile la recherche d’autres sources fiables et la vérification des faits.

Dans ce cas, une information ne peut être publiée que si le journaliste a accès aux documents qui la justifient. Les informateurs prennent souvent un risque important en contactant les journalistes. Un lanceur d’alerte ne devrait communiquer des documents confidentiels que si cela ne peut pas lui être imputé. Dans ce cas également, la protection des sources journalistiques s’applique bien entendu.

Pour nous envoyer des informations confidentielles, vous pouvez nous contacter par e-mail crypté (recherche@reporter.lu avec cette clé). Pour partager des informations de manière anonyme, vous pouvez également contacter nos journalistes via Keybase (Account: reporter_lu). Dans certains cas, l’envoi de documents par la poste sans expéditeur peut également être le plus simple.


Le journalisme participatif chez REPORTER

Si cela vous intéresse, vous trouverez ici quelques principes qui sont importants dans les recherches journalistiques. Grâce à cet aperçu de notre travail, vous pourrez mieux évaluer quels sont les sujets appropriés et apprendre comment vous pouvez vous impliquer si vous êtes intéressé.

Nous nous réjouissons de pouvoir échanger avec vous !


Protection de données

Si vous souhaitez participer à une recherche, nous vous prions de nous communiquer vos coordonnées. Nous n’avons besoin de vos données personnelles que dans le cas d’une recherche dans laquelle nous reprenons votre thème et pour laquelle la protection des sources est à nouveau invoquée. Pour en savoir plus sur la protection des sources, cliquez ici.

Nous n’utilisons vos données qu’à des fins journalistiques. Notre déclaration générale de protection des données s’applique.