Le Fonds du Logement a publié les chiffres de sa production en 2020. Le gouvernement a doté le bailleur social de grands moyens et de splendides locaux, mais les réalisations de logements à des prix abordables arrivent sur le marché au compte-goutte.

Le Fonds du Logement a loué presque autant de parkings (135) et de commerces (2) en 2020 qu’il a attribué de logements sociaux ou relogé ses locataires (146), ce qui est pourtant un aspect fondamental de la mission de l’établissement public.

Henri Kox (Déi Gréng), son ministre de tutelle, affiche pourtant de grandes ambitions pour le bailleur social qui gère un parc de 2.003 logements répartis dans 48 communes. Ses fonds propres sont passés de 422 millions en 2019 à 434 millions en 2020. Ses effectifs ont augmenté de 15%. 130 personnes travaillent désormais pour ce qui est devenue une PME du logement à prix abordable, qui s’est offert un tout nouveau siège à Luxembourg-Merl. Le loyer s’élève à 143.000 euros par mois, selon le bilan publié début août.

«Une nouvelle ère»

«Pour être à la hauteur de ses ambitions et pour suivre au mieux le rythme qu’il s’impose, le Fonds s’est donné les moyens nécessaires», se félicite Henri Kox dans la préface du rapport annuel. Le ministre promet «une nouvelle ère» pour le Fonds. Sa présidente Diane Dupont table sur la livraison de 4.600 logements «à moyen et long terme».

En 2020, sa production est restée très en-deçà des ambitions du ministre: 82 logements ont été mis sur le marché. 135 autres devraient être livrés «dans un avenir proche», sans plus de détails sur l’échelle de la temporalité …