La compagnie d’assurance vie islamique, Takafol Solidarity, a mis fin à ses activités à Luxembourg après 37 ans de présence. Sa disparition traduit les difficultés de la place financière à s’imposer dans l’univers complexe de la finance islamique. La crise sanitaire a douché l’appétit des investisseurs.

L’agonie de la compagnie d’assurance-vie Takafol Solidarity Luxembourg, spécialisée dans les contrats compatibles avec la religion musulmane, aura duré dix ans. Le 4 mai dernier, le Commissariat aux assurances, son autorité de tutelle, communiquait brièvement sur le retrait d’agrément de l’entreprise d’assurance vie venue au Grand-Duché en 1983, dans les premières années de l’industrie de la gestion privée.

Fondée par la famille régnante saoudienne Al Saoud, la compagnie n’a jamais trouvé ses marques ni sa pleine puissance à Luxembourg, qui devait lui servir de plateforme sur le vieux continent pour diffuser en libre prestation de services des produits conformes aux préceptes de la religion islamique.

«Le retrait d’agrément n’a absolument rien à voir avec le coronavirus, ni avec une décision inattendue du CAA, mais est l’aboutissement de la décision prise par la maison mère, dont le siège est à Manama, il y a une dizaine d’années, et dont la volonté est de se concentrer sur le marché du Moyen-Orient et d’Extrême-Orient», explique à REPORTER Ali Feqqoussi, le directeur exécutif.

Ambitions chimériques

La compagnie fonctionnait en mode liquidation depuis des années, avec un personnel réduit à sa plus simple expression. Le bilan 2019 fait état d’un seul employé dirigeant qui a coûté 16.859 euros, soit moins que les frais d’audit …