Pressenti pour prendre en charge l’image de marque du pays à l’étranger et la diplomatie économique, Jean-Claude Knebeler a décliné l’offre. L’ex-ambassadeur en Russie reste à Moscou pour travailler pour un think tank russe au service de la finance verte et responsable.

Jean-Claude Knebeler fait une pause professionnelle dans la carrière diplomatique et troque les habits d’ambassadeur contre ceux d’un lobbyiste au service de la finance verte et responsable. Celui qui a été pendant quatre ans ambassadeur du Luxembourg à Moscou a demandé un congé sans solde afin de pouvoir rester dans la capitale russe. «Jean-Claude Knebeler a demandé à partir du 1er septembre un congé sans traitement pendant deux ans pour des raisons professionnelles», a indiqué Jean Asselborn, le ministre des Affaires étrangères et européennes (LSAP), confirmant ainsi une information de REPORTER.

Knebeler avait souhaité un prolongement d’une année pour des raisons familiales de son mandat diplomatique à Moscou. Il a toutefois essuyé un refus au ministère. Le prolongement aurait perturbé le ballet diplomatique de la rentrée de septembre.

Le poste d’ambassadeur du Luxembourg pour la Fédération de Russie a été attribué à Georges Faber, qui prend ses fonctions ce mardi 1er septembre. Il était auparavant en poste à Ankara.

Améliorer la gouvernance russe

Rappelé au ministère des Affaires étrangères par Jean Asselborn, Knebeler s’était vu proposer en février dernier la responsabilité du département de l’image de marque du Luxembourg (Nation branding). Il devait également être en charge de certains aspects de la diplomatie économique. Le diplomate a toutefois décliné cette offre. «Il voulait rester à Moscou», souligne Jean Asselborn.

Contacté par REPORTER, l’intéressé a confirmé sa volonté de ne pas quitter la capitale russe pour des raisons familiales.