Flavio Becca est dans l’œil du cyclone. Présenté comme l’un des hommes les plus riches du Luxembourg, le promoteur immobilier est au cœur de contrôles fiscaux musclés dont il a contesté la pertinence. Son litige avec le fisc lève le voile sur des secrets de famille. 

Non, tous les promoteurs immobiliers n’échappent pas à l’impôt, surtout pas lorsqu’ils sont rattrapés par l’administration fiscale. La société de gestion de projets immobiliers T-Comalux de la famille de Flavio Becca est aux prises depuis 2017 avec l’Administration des contributions directes (ACD). Le fisc a procédé à des contrôles fiscaux plutôt athlétiques.

Après l’affaire de Wickrange/Livange en 2009 autour d’un projet de construction d’un stade de foot qui ne s’est jamais fait, le fisc s’est intéressé de près aux sociétés du groupe Becca et à leur comptabilité. «Toutes les sociétés ont fait l’objet de vérification par les services spéciaux de l’administration fiscale», confirme à REPORTER Daniel Gillard, administrateur de plusieurs sociétés contrôlées par Flavio Becca.

L’épluchage minutieux des livres comptables a déclenché une enquête du Parquet sur des soupçons d’abus de biens sociaux puis un renvoi de Flavio Becca devant un tribunal correctionnel. L’affaire sera jugée au printemps prochain. Aux ennuis sur le plan pénal se sont ajouté des mauvaises nouvelles sur le plan fiscal.

Litige fiscal

L’entrepreneur Flavio Becca a cherché à payer le moins d’impôts possible et a tenté de faire passer des dépenses personnelles sur des comptes de sociétés. Son groupe s’est fait rattraper par l’ACD, qui lui a demandé de régulariser ses impôts. Il lui est reproché d’avoir fait financer son train de vie, les dépenses de sa famille et sa passion pour le vélo et le ballon rond par une de ses sociétés immobilières.

Le climat était tel que les fonctionnaires se disputaient pour ne pas devoir traiter les ‘dossiers Becca’»Flavio Becca

Le promoteur a contesté le bien fondé des redressements fiscaux, d’abord devant le directeur de l’ACD puis devant le Tribunal administratif. Des recours ont été introduits en mai 2018. Un premier litige a été récemment tranché en première instance dont REPORTER a pris connaissance …