Trois hommes sont à l’origine de l’inculpation et de la détention préventive d’un médecin généraliste d’Echternach. Les accusations d’abus sexuels sont lourdes. Les témoignages des victimes révèlent l’envergure des violences présumées lors des consultations. 

Le parquet de Diekirch a communiqué brièvement vendredi 1er mars au sujet de la mise en détention préventive d’un médecin généraliste pour des «faits d’abus sexuels sur trois patients majeurs». L’administration judiciaire ne mentionne ni le nom du médecin ni la localité où il exerce, se contentant de préciser que l’homme est âgé de 52 ans et qu’il a son cabinet dans l’est du pays. Selon les informations de Reporter.lu, le prévenu, le Dr Marc D., a son cabinet à Echternach en association avec un autre médecin généraliste. Bien qu’il ait été placé par le juge d’instruction sous mandat de dépôt le 23 février dernier et que sa demande de libération ait été rejetée six jours plus tard, le docteur est toujours inscrit sur la liste des membres du Collège médical, l’organe de surveillance des professions médicales.

Les accusations sont lourdes. Comme le signale le parquet de Diekirch, l’origine de l’affaire remonte à l’été 2021. Le 9 juillet, une instruction judiciaire est en effet ouverte sur la base d’une plainte de deux patients pour viol et attentat à la pudeur, envoyée deux mois plus tôt au procureur d’Etat près du tribunal de Diekirch. Selon les informations de Reporter.lu, la plainte vise alors nommément le médecin. Il n’y a pas à ce stade de constitution de partie civile, mais une «plainte simple», procédure qui permet aux plaignants d’être entendus et de déposer comme témoins devant les enquêteurs, ce qu’une plainte avec constitution de partie civile n’autorise pas.

Témoignages insoutenables

Les témoignages des deux patients du médecin sont insoutenables. L’une des victimes, dix-huit ans au moment des faits, raconte avoir consulté le généraliste (qui le suivait depuis son enfance) fin 2015 «parce qu’il ne se sentait pas bien» et qu’il connaissait des épisodes dépressifs liés au divorce de ses parents. Sur les réseaux sociaux, le jeune homme, détaille les gestes et les comportements «totalement inappropriés» lors de la consultation au cabinet du docteur …