L’Union européenne élargit le cercle des oligarques russes visés par les sanctions. Le Luxembourg est un passage obligé de milliardaires proches du Kremlin pour des montages financiers. L’exposition à la Russie s’étend des banques à l’énergie en passant par les jets privés.

Tout comme les bombes tombent sur Kyiv, des sanctions encore inimaginables, il y a encore une semaine, tombent sur les banques, les conglomérats, les ministres, les militaires, les députés, les oligarques et même Vladimir Poutine en personne. La liste actuelle de l’Union européenne compte désormais 26 personnalités et une société. Pour bien comprendre la spécificité de l’économie russe, mais aussi une de ses faiblesses, il faut savoir que plus de la moitié de la fortune des 0,01% des personnes les plus riches de Russie se trouve hors de la Fédération de Russie. Et il y est donc plus aisément saisissable.

Le Luxembourg, de par sa politique d’ouverture à l’économie russe qui date encore de la Guerre Froide, s’est aussi exposé à l’argent des oligarques. Pour autant, la place financière n’est pas leur centre bancaire de prédilection et les élites économiques qui se sont installées au Grand-Duché ne sont pas légion. Le programme des «Golden Visa» n’a pas eu le succès escompté par le gouvernement de coalition.

De Chypre au Luxembourg

Cela n’a pas empêché le Grand-Duché d’être un important rouage dans les montages offshore de certains oligarques et de leurs banques pour faire transiter l’argent. Les recherches de Reporter.lu montrent que le Luxembourg prend souvent le relais d’une autre place financière européenne: Chypre. Beaucoup de business russe passe par l’île de la Méditerranée orientale avant d’arriver au Luxembourg. Dans de nombreux cas, une holding luxembourgeoise est utilisée pour fonder une société et l’inscrire au Registre du Commerce, avant de changer d’associés. Il s’agit souvent de Chypriotes et d’entités enregistrées aux Îles Vierges Britanniques ou dans d’autres juridictions offshore.

Ce n’est donc pas un hasard si une des banques russes en place au Luxembourg, la «Russia Commercial Bank» (RCB), est une succursale d’une maison-mère à Chypre. L’exemple de la RCB montre aussi que les sanctions étaient anticipées. Avant l’invasion russe, près de 50% du capital de la banque étaient détenus par la banque étatique russe «VTB Bank». Le 23 février, l’Union européenne tire une première salve de sanctions, visant aussi le leadership de la banque à Moscou. Le lendemain 24 février, la RCB annonce un changement dans son actionnariat: la banque appartient désormais à deux sociétés chypriotes.

La CSSF craint les «cyber-risques»

Contactée par Reporter.lu, la RCB confirme: «La VTB a décidé de vendre ses parts et nous l’avons annoncé sur notre site web». Et d’insister que RCB «est une banque systémique chypriote, sous la supervision de la Banque centrale européenne». La VTB Bank entretient deux structures au Luxembourg …