Les juges ont sanctionné la présidente de la Chambre des notaires pour avoir fermé les yeux sur des transactions douteuses de ressortissants d’Azerbaïdjan. La condamnation est un mauvais signal pour la profession connue pour ses réticences à coopérer avec la justice.

La notaire et présidente de la Chambre des notaires Martine Schaeffer soignait ses relations avec les milieux d’affaires azerbaidjanais. Avec la cheffe étoilée Léa Linster, elle a soutenu pendant près de dix ans les activités de l’association culturelle d’Azerbaïdjan à Luxembourg «Karabah». Les deux femmes ont démissionné en 2020 de cette organisation après l’énorme scandale de corruption «Azerbaijani Laundromat» qui a éclaboussé une partie de la classe politique et les élites de cet ancien Etat soviétique.

Le dossier de la «lessiveuse azérie» a rejailli sur la place financière luxembourgeoise: une banque a été fermée pour blanchiment massif, des sociétés boîtes-aux-lettres et d’autres entités plus consistantes ont été radiées du Registre de commerce et des sociétés, l’asbl «Karabah» a été liquidée sur une base plus ou moins volontaire.

La justice luxembourgeoise enquête encore sur des flux financiers en provenance de Russie, des Iles vierges britanniques et d’autres centres offshore qui ont été, entre autres, investis dans l’immobilier, à Merl, au centre-ville et à Esch-sur-Alzette.

Rattrapée par la «lessiveuse azérie»

Un homme d’affaires, Khagani Bashirov, né à Kirovabad en 1961 et détenteur d’un passeport français, est au cœur des investigations luxembourgeoises, notamment pour blanchiment. L’homme est un des fondateurs de la Chambre de Commerce Luxembourg-Azerbaïdjan avec l’ancien député ADR et avocat Jacques-Yves Henckes et un ex-dirigeant de Cargolux, Pierre Wesner (il fut aussi un partenaire en affaires de Charles Ewert, alias «Panama Charly»).

Le nom de Bashirov apparaît comme administrateur, bénéficiaire effectif et actionnaire de sociétés commerciales. Le point commun de ces entités fut d’avoir des comptes auprès de la banque aux capitaux lettons «ABLV Luxembourg», mise en liquidation judiciaire en mars 2018 à la demande de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF). La plupart de ces sociétés avaient aussi leur siège social au Forum Royal, bâtiment du boulevard Royal qui abrite entre autres le ministère de l’Economie.

La Cellule de renseignement financier estime (…) qu’on se trouve en présence d’une structure sociétaire complexe impliquant des structures offshore dont l’utilité économique et juridique n’est pas compréhensible.“Jugement sur accord du 2 mai

Martine Schaeffer, elle aussi a été rattrapée par l’affaire de la «lessiveuse azérie». Le parquet lui a reproché des violations de ses obligations professionnelles en matière de lutte contre le blanchiment. En aveu, la notaire a négocié un accord transactionnel avec le procureur d’Etat. La 16e chambre correctionnelle a validé la transaction jeudi 2 mai.

En échange de la procédure de plaider-coupable, la prévenue a écopé d’une amende de 70.000 euros qui met un point final aux poursuites pénales. Elle risquait une amende pouvant aller jusqu’à 5 millions d’euros, mais l’absence d’antécédents judiciaires a plaidé en faveur de la prévenue, signale le jugement que Reporter.lu a pu consulter …