Un diplomate a été épinglé pour avoir tenté d’escroquer l’Etat. En poste à Athènes, le fonctionnaire a falsifié ses contrats de bail pour toucher plus d’indemnités. Exclu de la fonction publique aux termes d’une affaire disciplinaire, il vient d’être réhabilité.

La fraude aurait été trop tentante et même à portée de main, «servie sur un plateau d’argent», a plaidé son avocat. Le haut fonctionnaire au service du ministère des Affaires étrangères n’y a pas résisté et il s’est fait prendre. L’agent diplomatique en poste à Athènes a commis des faux pour gagner quelques centaines d’euros d’indemnités de logement. Son affaire a été ébruitée à la faveur de deux procédures, l’une pénale et l’autre disciplinaire. Son cas interroge sur les contrôles de l’argent public à l’étranger. D’autant que le fonctionnaire était le numéro deux de l’ambassade de Grèce et donc en charge de sa gestion financière.

Si la fraude s’avère insignifiante en termes financiers, elle n’a pas été traitée comme une «bagatelle» par les autorités qui en ont fait une affaire de principe, voulant apparaître comme intraitables avec les tricheurs.

L’homme est présenté comme un fonctionnaire modèle, loué pour sa disponibilité au service des Luxembourgeois résidant à l’étranger, notamment lorsqu’il était en poste à Berlin pendant la crise de la Covid-19 et le confinement. Il était toujours prêt à servir ses compatriotes même en dehors des heures de bureau. L’image d’un commis de l’Etat modèle s’est écornée à l’automne 2021 après la découverte d’irrégularités dans le contrat de bail de son appartement à Athènes où il venait d’être affecté.

Dénoncé par l’ambassadeur

La direction des finances et des ressources humaines du ministère des Affaires étrangères et européennes est alertée le 16 novembre 2021 par l’ambassadeur Elisabeth Cardoso, qui venait, elle aussi, de prendre son poste dans la capitale grecque. Neuf jours plus tard, Jean Asselborn (LSAP), alors chef de la diplomatie luxembourgeoise, saisit le commissaire du gouvernement en vue d’ouvrir une procédure disciplinaire pour détournement de fonds en tant que fonctionnaire public.

Son maintien dans la fonction publique s’avère impossible.“Conseil de discipline, juillet 2022

L’instruction de l’affaire est confiée au commissaire adjoint. Le haut fonctionnaire est convoqué à une audition le 24 janvier 2022. Dans l’intervalle, il est rapatrié au Luxembourg à la direction des affaires consulaires et des relations culturelles internationales. Mais il n’aura pas le temps de prendre possession de son nouveau bureau. L’instruction de son dossier est clôturée le 20 mai 2022 par un rapport transmis au conseil de discipline, lequel tient audience le 29 juin en présence de l’impétrant. Il est en aveu de ses fautes et présente ses excuses …