Aux termes de trois jours de comparution devant une juge d’instruction et d’une enquête de six ans, Marc Ambroisien a été inculpé vendredi dans le volet luxembourgeois du scandale financier 1MDB. L’ancien dirigeant de la banque Rothschild est accusé d’infraction à la loi anti-blanchiment.

Son inculpation ne faisait aucun doute et dépendait du timing de la remise d’un rapport de la police judiciaire qui était initialement attendu à l’automne 2019, mais qui a été livré avec près de deux ans de retard. Marc Ambroisien, qui a dirigé la «Banque privée Edmond de Rothschild Europe» (BPERE) entre 2012 et 2015 avant d’être limogé, a comparu la semaine dernière devant la juge d’instruction en charge du dossier 1MDB.

A l’issue de trois jours d’audition au cabinet d’instruction, le financier français et ancien agent des impôts a été inculpé, notamment pour défaut de vigilance et blanchiment en infraction avec la loi modifiée de 2004 sur la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.

Lenteur de la procédure

Il s’agit d’un des dossiers financiers les plus toxiques que la justice luxembourgeoise ait à traiter avec le scandale Madoff. Les deux affaires ont d’ailleurs en commun la lenteur de la procédure.

Ouverte en 2016, l’enquête judiciaire porte sur une affaire de corruption, d’escroquerie et de blanchiment en lien avec le fonds souverain malaisien 1MDB. Un montant de 2,7 milliards de dollars aurait ainsi été détourné mondialement par son ancien gestionnaire, Khadem Al Qubaisi (KAQ), originaire des Emirats Arabes Unis …