Les dirigeants de «Lux-Airport» se sont expliqués sur l’origine de la panne d’un détecteur de métaux qui a paralysé pendant plusieurs heures le trafic aérien le 10 mai. Des erreurs humaines et techniques ont été reconnues. Les protocoles de sécurité ont été revus à la hausse.

Le directeur de la sécurité de l’aéroport invoque «la loi de Murphy» qui veut que les ennuis n’arrivent jamais seuls. «Un petit incident a débouché sur un autre incident puis une grande panne», a reconnu Daniel Conrardy lors d’une conférence de presse ce mercredi destinée à faire toute la lumière sur «l’incident technique» du 10 mai qui a paralysé l’aéroport du Findel et provoqué une belle pagaille parmi les passagers.

Entre 800 et 1.000 personnes durent être évacuées du terminal, 43 vols ont été retardés et 10 annulés sur les 84 qui étaient programmés lors de ce long week-end de l’Ascension, propice aux départs en vacances.

La conférence de presse de «Lux-Airport» a été programmée presque deux semaines après les faits qui avaient donné lieu le jour même à un très bref communiqué de quelques lignes de l’exploitant de l’aéroport pour justifier l’évacuation du terminal suite à une «avarie technique temporaire». Aucun détail sur l’origine de la «panne» d’un détecteur de métaux n’avait alors filtré.

Détecteur de métaux aveugle

La société Lux-Airport a été forcé, malgré elle, de faire cet exercice de transparence en raison des fuites d’informations sur le pourquoi de la panne et les interrogations sur le niveau de sécurité au Findel. La rédaction de Reporter.lu avait d’ailleurs sollicité vendredi 17 mai le service de presse de l’exploitant pour se faire confirmer les défaillances humaines stupéfiantes à origine de l’avarie.

Alexander Flassak, le CEO de Lux-Airport, s’est exprimé succinctement sur le contexte …