La Cour d’appel doit trancher une affaire de faux document impliquant deux ex-agents du renseignement russe et espagnol reconvertis dans les affaires et une avocate, seule prévenue. Les juges pourraient confirmer la restitution de 10 millions de dollars à un oligarque russe proche du pouvoir. 

L’ombre d’un oligarque russe a plané la semaine dernière à la Cour d’appel. Alexandre Lebedev, ancien agent du renseignement soviétique, décrit comme un proche du président Vladimir Poutine, cherche depuis presque vingt ans à récupérer 10 millions de dollars. A travers une société offshore au Liberia, il avait prêté en 2001 vingt millions de dollars à un ressortissant espagnol, Francisco Paesa, transfuge comme lui des services secrets espagnols à l’époque de Franco, pour constituer une banque. Alexandre Lebedev accuse Paesa de l’avoir escroqué. Le Russe compte sur la justice luxembourgeoise que les 10 millions de dollars lui soient restitués.

Le milliardaire n’est pas sur la liste des personnalités frappées de sanctions de la communauté internationale pour leur proximité avec Moscou. Pour autant, son appartenance à l’élite économique russe a jeté sur lui la suspicion, d’autant qu’il avait publiquement soutenu l’annexion de la Crimée. Son fils Evgueni Lebedev, britanno-russe, patron de presse et membre de la Chambre des Lords, a imploré Poutine lundi dernier, dans le journal «Evening Standard» qu’il possède, «d’arrêter d’envoyer des soldats russes tuer leurs frères et sœurs d’Ukraine». Un commentateur de la presse britannique a vu dans cette posture critique du Kremlin le signe d’une grande inquiétude dans les cercles d’oligarques que Vladimir Poutine a contribué à enrichir.

La géopolitique s’invite au procès

L’allégeance d’Alexandre Lebedev au pouvoir russe devenu paria depuis l’invasion de l’Ukraine va-t-elle rejaillir sur le verdict des juges de la Cour d’appel siégeant en matière correctionnelle? En première instance, mais dans un tout autre contexte géopolitique, les magistrats n’avaient eu aucun état d’âme à condamner la nièce de Francisco Paesa, avocate au Barreau de Luxembourg, à rembourser 10 millions de dollars partis sur des comptes en banque au Bahreïn. Elle a fait appel du jugement. Le procès en appel s’est ouvert le 28 février, cinq jours après que les troupes russes eurent franchi la frontière ukrainienne.

Alexandre Lebedev a pourri notre Service de renseignement au Luxembourg. »Me François Prum, avocat de la défense

L’avocate est prévenue de faux intellectuel et d’usage de faux pour avoir confectionné en 2003 un document dans lequel son oncle, sous un faux nom, apparaissait comme le bénéficiaire économique de sociétés offshore sur lesquelles 19 millions de dollars ont transité, entre Luxembourg, Monaco, Bahreïn et d’autres juridictions exotiques. Le document était destiné à la «National Bank of Bahraïn» et «devait servir dans le cadre d’un montage financier international», selon l’accusation. La prévenue avait en outre attesté que l’origine des fonds venait de la liquidation d’un trust lié à son oncle. L’avocate a géré ses comptes en banque à Luxembourg, notamment à la Banque de Luxembourg, ainsi que ses sociétés, mais elle a toujours assuré n’avoir rien su de ses activités, affirmant que leurs relations étaient de nature familiale …