Un avocat du Barreau de Luxembourg devait répondre mardi devant le tribunal correctionnel d’abus de confiance et de blanchiment. Ses clients étaient surtout des fraudeurs fiscaux. Il est accusé d’avoir détourné les fonds de l’un d’eux, destinés à rembourser le fisc français.

Maître Olivier Riffaud s’était inscrit au Barreau de Luxembourg sous son titre d’origine, comme la règlementation européenne sur la libre circulation des avocats le permet. Ancien inspecteur des finances, ex-notaire, l’avocat français était en délicatesse avec le Barreau de Paris, après une première condamnation en 2016 en France pour des infractions fiscales puis une seconde en 2019 pour abus de confiance.

Son nom était apparu dans les médias dans le procès pour fraude fiscale de Guy Wildenstein, un des héritiers d’un grand marchand d’art et proche de l’ancien président Nicolas Sarkozy. Cette affaire a été présentée par la presse comme celle d’une élite mondialisée et extrêmement fortunée.

Fiscaliste de gros calibre

Olivier Riffaud était alors poursuivi pour blanchiment aggravé de fraude fiscale pour avoir aidé un des héritiers Wildenstein à dissimuler l’origine de certains revenus, par le biais de conventions de prêt fictives et de fausses factures.

En 2012, dans un article du magazine économique «Capital» sur les techniques d’évasion fiscale des riches, l’avocat fiscaliste était décrit comme «un sorcier de l’optimisation fiscale» appartenant «à cette nouvelle vague de fiscalistes de gros calibre qui mènent la vie dure à leur ancienne administration».

J’ai eu une situation personnelle délicate qui m’a conduit à commettre cet acte. »Olivier Riffaud

Après sa condamnation pour complicité de fraude fiscale dans l’affaire Wildenstein et sa suspension du Barreau de Paris, l’avocat a trouvé refuge à Luxembourg. Il a ouvert un cabinet en ville, boulevard Grande-Duchesse Charlotte. Son office apparaît toujours dans les pages jaunes du bottin. La ligne téléphonique renvoie désormais au «bip» d’un telefax.

Pour autant, son nom n’apparaît plus sur le site du Barreau, qui recense toutes les catégories d’avocats opérant au Grand-Duché. Son procès ce mardi devant la 16e chambre correctionnelle nous apprend qu’il a fait l’objet de poursuites disciplinaires, il y a deux ans, et qu’il a été sanctionné. A la barre, Olivier Riffaud, natif de Versailles en 1961, a déclaré un domicile à Paris, dans le 17e arrondissement.

Selon des consœurs du barreau luxembourgeois, contactées par Reporter.lu, qui l’ont côtoyé à Luxembourg, Me Riffaud avait principalement comme clientèle des fraudeurs fiscaux repentis. L’un d’eux, un ressortissant français résidant au 16e arrondissement de Paris, lui avait confié en 2018 le mandat de traiter avec l’administration française. L’avocat avait obtenu une délégation de paiement du client qui est à l’origine de ses ennuis judiciaires au Luxembourg …