Le régulateur de l’audiovisuel recadre le Groupement des magistrats luxembourgeois après sa plainte contre un reportage de RTL sur la traite qui lui a déplu. L’Alia examine les limites de la liberté d’expression et du droit des journalistes de critiquer les juges et même d’exagérer.

Les oreilles de Georges Everling, juge et président du Groupement des magistrats luxembourgeois (GML), ont dû siffler jeudi dernier lors de la cérémonie d’intronisation de Roger Linden à la magistrature suprême. Les orateurs ont abondamment parlé de la défiance croissante envers la justice, du risque de délitement démocratique suite à cette perte de confiance et de la nécessité pour les juges d’accepter la critique.

Or, quelques jours avant cette audience solennelle, l’autorité indépendante de l’audiovisuel (Alia), présidée par le juge Thierry Hoscheit, infligeait un camouflet au GML pour avoir accusé une journaliste de RTL Télé d’avoir dépassé les limites de la liberté d’expression et d’avoir mis en cause l’honneur «de l’ensemble des magistrats».

Zones grises de l’enquête

Diffusé le 11 décembre 2019, le reportage de la journaliste rapportait le cas d’un jeune ressortissant indien, victime de traite par son ex-patron restaurateur, condamné en appel à de la prison ferme pour viol. La victime, mineure au moment des faits, était la fille du restaurateur incriminé. L’accusé clamait son innocence, considérant avoir fait l’objet de la vindicte de son ancien patron.

La journaliste évoquait en les commentant les zones grises de l’enquête judiciaire et relayait les doutes de l’avocat du prévenu selon lesquels les préjugés à l’encontre des ressortissants indiens n’avaient pas contribué à le disculper, pas plus que la composition exclusivement féminine de la chambre ayant rendu en appel un verdict plus sévère qu’en première instance. Le reportage est la suite d’une enquête de la journaliste, deux ans plus tôt, sur la traite des êtres humains dans le secteur Horeca.

La critique a déplu à la Cité judiciaire. Un mois et demi après sa diffusion, l’association qui défend les droits et intérêts des magistrats a saisi l’Alia et le Conseil de presse (organe de supervision des journalistes) d’une plainte …