L’entreprise de fruits et légumes «Grosbusch» a été au cœur d’une vaste enquête pour fraude fiscale et détournement de plus de 3 millions d’euros. Les faits se sont produits pendant plus d’une décennie. Les anciens dirigeants ont été condamnés à 9 mois de prison avec sursis.

Les petits-fils de Jean-Pierre Grosbusch ont rendu leurs tabliers de premiers primeurs du Luxembourg peu après les poursuites pour fraude fiscale et abus de biens sociaux les visant. En 2019, André Grosbusch, gérant technique de l’entreprise de fruits et légumes qui porte son patronyme, a vendu ses parts à son frère René, lequel a cédé fin 2020 les rênes de la société à ses enfants Lynn et Goy Grosbusch, tout juste trentenaires.

Cette transmission à la quatrième génération de Grosbusch n’est pas étrangère à la vaste enquête ouverte par le parquet de Luxembourg pour toute une gamme d’infractions financières portant sur des millions d’euros: ventes au noir, compte bancaire occulte, abus de biens sociaux, fraudes aux impôts directs et à la TVA, blanchiment, faux bilans. Les pratiques se sont étalées de 2005 à 2017.

En aveu, les deux anciens dirigeants ont évité un procès public en optant pour une transaction pénale avec le procureur d’Etat. Pour autant, leurs condamnations sont lourdes: René et André Grosbusch ont écopé chacun de 9 mois de prison avec sursis et de 150.000 euros d’amende, au termes d’un jugement sur accord rendu le 6 mai dernier par la 19e chambre du tribunal correctionnel.

Dénonciation de PwC

L’enquête judiciaire a été ouverte après que la Cellule de renseignement financier (CRF) ait transmis en juillet 2019 un rapport accablant sur la gouvernance de la première entreprise d’importation et de commerce de fruits et légumes du Grand-Duché et fournisseur de la Cour grand-ducale.

La CRF a été saisie d’une dénonciation par le cabinet de réviseurs d’entreprise «PwC», qui a estimé avoir été trompé pendant près de douze ans par ses clients sur la régularité de la comptabilité de «Grosbusch S.A.». PwC n’a débusqué les pratiques frauduleuses qu’après avoir été alerté par un ancien comptable de la société, qui est passé à table début décembre 2017. Ce dernier révèle notamment, preuves à l’appui, l’existence d’un compte bancaire occulte auprès de la banque «ING» ainsi que des paiements en espèces non comptabilisés.

Nous nous interrogeons sur les raisons pour lesquelles ce compte bancaire n’est pas reflété dans votre comptabilité et n’a pas été porté à notre connaissance. »Lettre de PwC aux dirigeants de Grosbusch

«Dans le cadre de ses fonctions, PwC n’avait pas constaté d’irrégularités particulières pour les exercices des années 2005 à 2017, de la situation financière ainsi que des résultats de l’entreprise. Par voie de conséquence, les comptes sociaux avaient été déposés auprès du RCS (Registre de commerce et des sociétés, ndlr) sans aucune observation quelconque», indique le Parquet dans la transaction signée avec les deux prévenus en février dernier et que Reporter.lu a consultée …