Pour rester compétitive face à l’hégémonie d’Elon Musk, l’Europe spatiale se doit de se réorganiser. Mais les tensions entre la France, l’Allemagne et l’Italie entravent les projets existants.

par Cécile Boutelet, Dominique Gallois et Allan Kaval (Le Monde, 2024)

Mardi 9 juillet, la première Ariane-6 décollera de Guyane. Il sera alors 15 heures à Kourou et 20 heures à Paris. Ce moment est attendu depuis dix ans, depuis que les Européens, en 2014, se sont rendu compte que SpaceX, la société d’Elon Musk, avec sa fusée Falcon-9, bouleversait les règles du secteur en cassant les prix des lancements. Il leur fallait réagir face à ce perturbateur pour ne pas être laminés.

Mais la réponse n’a pas été aussi rapide qu’espéré. En cause, des lourdeurs d’organisation et des hésitations sur les choix technologiques, sur fond de tension entre Français et Allemands. «Ne nous le cachons pas, l’industrie spatiale européenne est aujourd’hui en risque, alertait Philippe Baptiste, le président du Centre national d’études spatiales (CNES), le 13 juin, lors du Paris Air Forum. Nous devons avoir des réponses et des remises en question fortes. Cela concerne tant les agences que les industriels, il faut être capable de travailler différemment, de faire émerger de nouveaux acteurs pour aller plus vite, car on a été parfois trop lents et nous avons raté des évolutions technologiques.»

La situation est d’autant plus critique que désormais toute la filière est ébranlée par l’onde de choc Elon Musk, des lanceurs aux opérateurs de satellites en passant par les constructeurs. «Quand SpaceX fragilisait Ariane, c’était la France qui semblait la plus touchée. Aujourd’hui, comme cela concerne toute la chaîne de valeur, c’est l’Europe entière qui est visée, estime Stéphane Israël, président exécutif d’Arianespace. Personne ne peut accepter cette surdomination, et je suis persuadé que les acteurs vont s’organiser pour trouver des alternatives …