C’est un changement de génération. Quatre dirigeants d’institutions culturelles du pays s’apprêtent à prendre leur retraite d’ici la fin de l’année. A l’heure où l’on discute du futur Plan de développement culturel, nous les avons rencontrés pour comprendre les valeurs qui ont façonné leur parcours professionnel et les enjeux qui leur semblent déterminants pour l’avenir. Notre série débute avec Danièle Wagener. La directrice des deux Musées de la ville de Luxembourg passera le relai début septembre à son adjoint Guy Thewes.

«Je voudrais tout d’abord dire que je ne quitte pas la scène culturelle. Je resterai active à travers des mandats d’administratrice dans plusieurs institutions». Danièle Wagener, silhouette élancée et brushing impeccable, n’est pas ce genre de personnalité qui se laisse surprendre par les hasards de la vie. Elle prépare les échéances. Pour l’interview de ce matin-là, dans son bureau de l’immeuble avec vue sur le City Museum, elle s’est replongée dans les 186 pages du Plan de développement culturel (ou «Kulturentwicklungsplan» communément appelé KEP). C’est l’un des rares documents posés sur sa table de travail. Quelques post-it colorés s’en échappent, à l’image des confidences que lâchera cette personnalité au sourire impénétrable.

La retraite de la directrice est planifiée et sera active, tout comme l’a été sa vie professionnelle. Cette historienne d’art reste membre du Conseil d’administration du Mudam et du Comité des œuvres d’art de la Cour de justice des Communautés européennes. Elle préside le Fonds stART-up pour les jeunes artistes au sein de l’Oeuvre Grande-Duchesse Charlotte, fondation dont elle est membre du Conseil d’administration. Enfin, elle siège au Conseil de la Fondation Indépendance créée par la Banque internationale à Luxembourg, autre acteur incontournable pour le soutien à la création dans le pays.

La question de la gouvernance

Les discussions autour du KEP ont mis en évidence la position dominante d’un certain nombre de personnalités de la scène culturelle qui cumulent des postes clés pour l’attribution de bourses, subsides, lieux de création ou d’exposition. Pour Danièle Wagener, ses différents mandats, généralement bénévoles, ne soulèvent pas de conflits d’intérêt.

On m’a expliqué qu’en tant que seule femme, j’allais poser problème au sein d’un groupe d’hommes. »