Pendant 20 ans, un groupe basé au Luxembourg a permis à des consultants informatiques de toucher une grande partie de leur rémunération au noir. Le procès des initiateurs de ce réseau d’escroquerie fiscale présumée s’est achevé cette semaine. La fraude a porté sur 82 millions d’euros.

Le docteur en informatique et cerveau d’une gigantesque affaire d’escroquerie fiscale qui l’a conduit devant un tribunal correctionnel luxembourgeois est aux abonnés absents. Son avocat Benoît Entringer avait déposé son mandat peu avant l’audience.

Son complice présumé a également fait défaut à la barre. A l’ouverture du procès, son avocat Me Rosario Grasso expliqua aux juges que son client, ressortissant d’Afrique du Sud, n’avait pas les moyens de se payer un billet d’avion jusqu’à Luxembourg. «L’argument de l’indigence dans un dossier d’escroquerie fiscale me paraît douteux», lui répondit Guy Breistroff, premier substitut du procureur d’Etat.

Entre 40 et 90% des salaires au noir

Seules deux femmes se présentèrent à la barre. Ce sont des «femmes de paille» qui risquent aujourd’hui des années de prison pour avoir prêté leur concours à des pratiques frauduleuses présumées. Elles ont occupé des postes de dirigeants au sein du Groupe Connexion, firme de portage salarial, qui, depuis son siège à Ellange, avait monté une véritable usine à gaz pour éluder les impôts. Le système frauduleux au départ de Luxembourg est passé par des sociétés offshore à l’Ile Maurice, en Irlande et en Afrique du Sud.

Le mécanisme de ‘split salarial’ a permis aux consultants de retirer de façon discrète et sans contrepartie de l’argent en espèces, à l’insu de l’administration fiscale»Guy Breistroff, substitut

Le périmètre d’action de Connexion était l’Europe où le groupe à son apogée et à travers ses différentes filiales a fait travailler jusqu’à 700 consultants. Ses activités consistaient à mettre à disposition des entreprises des consultants informatiques pour des missions ponctuelles. Ses clients étaient des institutions européennes, des multinationales et des institutions financières…